Pourquoi pas ?

Pourquoi j’ai adopté le slow blogging

By on 26 July 2017

 

Ne vous méprenez pas : se convertir au slow blogging ne veut pas dire bloguer en dilettante. Bien au contraire.

Né aux États Unis il y a un peu plus d’une dizaine d’années dans le sillage de la slow food, le slow blogging est une philosophie de création de ressources et de vie. Si certains prônent la production quasi quotidienne de contenus, d’autres privilégient un temps plus long, moins contraint par les préoccupations calendaires et les obligations créées de toutes pièces en raison d’un supposé horizon d’attente du lecteur.

Personnellement je blogue depuis 11 ans ( Un peu de tout et de rien signe mon évolution vers le slow blogging ) et j’ai connu le temps des digg like, des publications à un rythme effréné, de la course à l’audience par la multiplication des écrits.

Aujourd’hui j’aspire à autre chose : un équilibre entre présence sur le web et vie personnelle. Bref une nouvelle philosophie inspirée du minimalisme.

Je suis admirative des blogueurs littéraires qui ponctuent leurs semaines de multiples rendez-vous avec leurs lecteurs. Si les « c’est lundi que lisez-vous ? », les « In My Mail Box », les « Book Haul » sont de vrais moments d’échanges, il n’est pas rare cependant de voir un blogueur culpabiliser pour un rendez-vous manqué et promettre de revenir très vite. Respect du lecteur bien entendu mais aussi pression pour celui qui écrit.

Je ne souhaite pas entrer dans ce schéma même s’il a des vertus que je ne méconnais pas. J’adopte un rythme plus slow avec une publication hebdomadaire à laquelle s’ajoutera un podcast.

Du slow blogging pour retrouver le plaisir d’écrire et de partager.

Continue Reading